Rencontre sexy
Publié le - 537 v. -

Doit-on séparer jouissance clitoridienne et vaginale ?

Comme toutes les semaines, on vous propose un dossier spécialement dédié à l’amour, le couple ou bien la sexualité que nos experts commenteront. Aujourd’hui nous allons discuter du plaisir sexuel chez les femmes. D’un côté il y a celles pour lesquelles plaisir rime avec « clitoridienne » et de l’autre celles ressentent le plaisir en « vaginale ». Et autant dire que des questions peuvent se poser dans les 2 camps « Est-ce que le fait que je n’ai jamais eu d’orgasmes vaginaux/clitoridiennes fait de moi une femme frigide ? », des remises en question qui peuvent tout de même devenir frustrant quand on n’est pas en connaissance de cause. Ce qui peut toucher autant la femme au foyer que la beurette sexy. Alors pour tout remettre dans le bon ordre, on va voir les avis de médecins et thérapeutes.

François Parpaix – Médecin sexologue et thérapeute de couple

Pour la médecine sexuelle, il ne doit pas avoir de distinction entre plaisirs vaginale et clitoridienne qui part du principe où l’orgasme est une sensation unique. C’est-à-dire qu’il ressort d’une seule et même unité qui est « anatamo-physiologique ». Pendant l’excitation, les 2 parties se gonflent et ne font plus qu’un d’apparence, même si pratiquement ils n’y a pas d’interaction entre eux. C’est pour cela que les femmes font généralement la distinction des deux et essayent directement de s’identifier à l’un ou l’autre. Cependant ce n’est pas toujours mauvais, car grâce à cette distinction il est plus facile de corriger le trouble quand elles viennent en consultation.

Laurent Karila – Médecin spécialisé en psychiatrie et addictologie

De mon avis le fait de repartir le plaisir en deux groupes distincts résulte en grande partie d’idée reçue. Pour moi il n’y a pas de femme clitoridienne ou bien vaginale, car elles ne font qu’une. Même si cependant la prévalence de l’autre est plus importante que l’autre découlant beaucoup sur des conditions émotionnelles ou bien environnementales. On peut d’ailleurs expliquer cela par l’imagerie médicale qui a été faite grâce à la science, on il a été démontré que l’érection clitoridienne contribuait à l’orgasme vaginal. Ce dont j’en conclus qu’il ne faut pas distinguer les 2 parties, car ils constituent finalement le même rôle ou en tout cas similaire et complémentaire.

Laissez votre commentaire à propos de cet article